Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 17:15

Elle marchait dans la rue, regardait les gens autour d'elle, souriait tout en gardant la tête bien haute. Parfois, elle chantait, dansait, elle croyait qu'elle était heureuse. Tous ces jours qui se répétaient, inlassablement les mêmes. Alors, elle essayait de parler avec ses voisins de bus, les gens qu'elle croisait dans la rue et là où elle se rendait chaque jour. Elle voulait d'un monde plus gai. La ville noyée sous la pluie, les tempêtes la nuit, empêchant de voir les étoiles, ces petites boules de feu qui redonnent espoir, voilà ce qu'était son paysage. Elle n'était qu'à quelques kilomètres de la mer mais ne la voyait pas de sa fenêtre. Parfois elle s'asseyait sur la margelle de cette fenêtre du troisième étage, les jambes dans le vide, elle avait le vertige mais ce n'était pas le sol qu'elle regardait. Elle se disait chaque jour qu'il fallait garder courage, elle avait le droit de laisser parler ses sentiments depuis cette fenêtre. Enfin elle allait se coucher en se disant que demain serait un autre jour. Mais il se répétait, pareil aux autres. Alors, comme d'habitude, elle souriait aux gens qu'elle croisait, s'appliquait dans les tâches quotidiennes, parfois difficiles. Et c'est là, qu'elle se sentait sans importance aucune. La peine était toujours là, parfois plus forte. Inutile. Elle se sentait inutile. Et le pire, c'est qu'elle l'était. Mais elle décidait de persévérer. Pourquoi ? Parce que ce n'était pas parce qu'elle était seule qu'elle ne devait pas essayer de rendre la vie des autres meilleure. On l'appelait meilleure amie parce qu'elle savait écouter les gens, ceux-ci d'ailleurs ne se privant pas de la blesser. Elle semblait solide mais ce n'était que mensonge. Elle apprenait l'art de l'hypocrisie. Parce qu'on le lui demandait. Elle croyait avoir compris.Ce manque, ce sentiment d'inutilité qu'elle éprouvait, elle devait le détruire. C'est pourquoi, elle s'efforçait de mentir avec grâce, de paraître heureuse. Mais toujours ce mal lui revenait. Alors elle su. Ce sentiment était plus fort et se résumait à une seule personne. Malheureusement, elle ne la connaissait pas et n'avait pas la moindre idée de la direction où chercher. Elle était donc réduite à l'attente, une attente insoutenable qui parfois était telle qu'elle se réfugiait dans une autre vie, elle dessinait. 

Eléna Halfdansson

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Mi
  • Le blog de Mi
  • : Un tas de trucs et de bricoles.
  • Contact

Recherche

Liens