Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 14:01

voici ma petite liste des choses que je dois faire avant d'avoir 25 ans... 



1) finir sa licence, voire entrer en master... OK (carrément fait !)
2) m'acheter une voiture 
3) dessiner -  OK (peut mieux faire mais ok)
4) écrire à M. L... (déjà deux ans de retard) 
5) m'acheter une jupe et des escarpins -  à moitié OK escarpins fait
6) lire Les Misérables de Victor Hugo 
7) passer ma ceinture marron de judo (la rouge de sambo, c'est pas gagné) 
8) dessiner 
9) passer mon brevet de nageur sauveteur - IMPOSSIBLE, ils ne prennent pas les taupes
10) tenter d'entrer dans les pompiers volontaires - OK (fait, j'ai tenté mais recalée pour la vue !)
11) passer mon toeifl ou mon toeic (ou au moins mon DU d'anglais et de danois) - OK (mais peut encore mieux faire)
12) me trouver un copain 
13) sauver une vie (déjà fait, mais c'était pas fait exprès...) 
14) me mettre au polonais - OK (carrément fait !)
15) dessiner 
16) écrire à l'académie pour recevoir mon diplôme du bac 
17) passer officiellement mon brevet des 5000 mètres 
18) lire les Trois Mousquetaires d'Alexandre Dumas 
19) me couper les cheveux - OK (fait et maintenant, ça pousse)
20) dessiner 
21) continuer à écrire - OK (mais peut mieux faire)
22) progresser en allemand - OK (mais peut mieux faire)
23) comprendre enfin les fonctions 
24) trouver un remède pour ma joue 
25) dessiner 
26) partir en vacances avec Raphi - OK (fait et ah c'était génial)
27) revoir X 
28) lire Mme De Bovary de Flaubert (mais si c'est aussi ch.. que Trois Contes, ça va pas être facile) 
29) réussir un gâteau toute seule - OK (fait, tarte au citron)
30) ne pas perdre de points sur mon permis - OK (continuer sur la même voie)
31) partir à l'étranger - en très gros projet
32) être utile 
33) ne pas me laisser marcher sur les pieds 
34) me mettre au Kung Fu 
35) revoir mes AmiEs - OK (en cours)
36) être heureuse - OK (et carrément fait !)
37) dessiner 
38) oser 
39) aimer 
40) essayer de faire tout ça avant mes 25 ans... 

voilà, c'est tout, je vois que j'ai du boulot, je vais commencer dès maintenant 

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 01:46

J'étais en train de bavasser encore avec mes amis anglophones quand je me suis souvenue de petites anecdotes linguistique. Il faut quand même que je vous les fasse partager sinon quel est l'intérêt de la chose ? Bon, avant tout, je dois quand même signaler que mon ami américain n'arrêtait pas de me reprendre en disant "non, on dit pas ça en anglais, c'est sexuel", "non, pas ça non plus, c'est connoté", "non, ça encore moins, c'est choquant". MAIS QU'EST-CE QU'ON DIT ALORS ? Certes, je me suis simplement contentée de me morfondre sur mon sort en me disant que de toute façon, quoique je dise en anglais, je passerai pour une fille avec les idées dérangées. 

Et pour cause, très dernièrement, à un de mes amis anglophones qui me disait qu'il aimait le soccer, le football américain, le volley, le rugby, etc et je n'ai rien trouvé de mieux à dire que "ah, you like to play with balls !". Fatale erreur même si dans mon esprit, cette phrase signifait simplement "tu aimes jouer avec des ballons". Non, balls fait partie des mots interdits. Je n'ose imaginer la tête de mon ami lisant ma phrase...

Mais j'ai fait bien pire !

Mon ami allemand, apprenant le français avait quelques difficultés. Essayant de lui remonter le moral avec une phrase gentille, je lui ai donc dit "Wenn ich mit dir bin, machen wir Französisch". Ce qui encore une fois dans ma tête était : quand je suis avec toi, on fait du français. Evidemment, il n'a pas du tout perçu ma phrase comme telle. Il a été très choqué. Tellement choqué qu'il ne voulait pas me dire ce que j'avais dit de mal. J'ai dû demander à d'autres, qui eux ont bien ri de la situation. M'a-t-on répondu "ah ça, pour être gentille, tu l'as été". Et finalement de m'expliquer que "faire du français", en allemand, signifiait tout simplement "tailler une pipe".

Dans le style bourde, je ne fais pas les choses à moitié et je passe vraiment pour une fille que je ne suis pas. 

Mais si le sujet était terminé, ce ne serait pas drôle. Pour la suite des bouletteries linguistico-traductionnelles, rendez-vous à l'article qui convient.

 

Mi

Repost 0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 22:34

 

A colour in the night

There is something right

This blindness is new

I do not know what to do

 

Living a thousand miles away

Afraid of the unknown, anyway

Could I find the solution

Without loosing the emotion ?

 

A broken heart that a million stars protect

A night without odor, without pain

A choice I cannot select

But I can hear the rain

 

 

Mi

Repost 0
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 21:57

the first part was "reading". Four texts in 1.20 hour with 56 questions. It was sooo hard, very long and incredible... 
The first text was about history of art (I studied that one year, so I knew the subject) and Renaissance...
The second was about birds and offspring... it began to become hard !
The third was about animals living in the water and then on the earth (something like Darwin...)
The fourth was about nomads in the sahara and camels... 
a good first part.
then, it was "listening". Not better, I heard some lectures and I had to answer questions. 
A lecture was about moth and flowers and seeds and so on, I did not know the word moth but I understood that it was an insect !
A lecture about Angkor, I was happy, because I studied that too, so it helped me...
A lecture about magnetism of the moon and protons and so on...
A lecture about a girl who wants to do a club of something...
A lecture about architecture, good with my "knowledge" in history of art and archeology
And another lecture but I forgot
then a little break, I was so afraid of the next part (speaking) that I trembled !
so speaking (I think that in few days, we will heard Americans laugh !)
the first "free" question was : your friend has problems in mathematics, what do you say to help him" or something like that...
then, the other "free" question was "is it better to borrow money to pay something or expect to have money to buy ?" too hard and just 15 seconds for each question to prepare
then a lecture and a text about a student who had problems with a book and a paper, I had to help him again
and a lecture and a text about tables, if it is better to put them outside or inside... 
finally two other things but I forgot again
and "writing"
a lecture and a text about pesticides, I had to write around 200 words in 20 minutes (it was ok)
and a "free" writing" : do you agree with : governments spend more money for new buildings than for historic and traditional buidings or homes. 300 words minimum in 30 minutes (I wrote 325 words !) 
and what I liked the most : I had to write on a "qwerty" keyboard so I wrote very slowly, with 2 fingers !
mi
ps: pas de problème pour les fautes, c'est juste un mémo pour le prochain toefl 
Repost 0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 19:45

Ah, j'avais oublié à quel point une rentrée peut être chaotique. Je commence les cours demain et on a même pas les salles. Je vais aussi avoir une tonne de livres à acheter et c'est pas comme ça que je vais économiser. Il me faut 10 000 euros pour payer mes frais d'inscription dans la fac canadienne où je veux aller, en plus du toefl à passer qui coûte 200 dollars américains. 

Je me sens vraiment bizarre, quand je regarde mes colocs, certes, avec 6 ans d'écart, je me dis que je suis pas du tout dans le même monde. Déjà avec mon quadruple cursus et mon braille, je fais extraterrestre mais alors au foyer, c'est encore pire. Je ne me bourre pas la gueule, je ne me fume pas de pétard, ou alors seulement la moquette. Je respecte un minimum l'endroit où je vis. Même si ce soir je suis super désagréable parce que je suis stressée à cause de ma rentrée, je crois que sur le principe, j'aime quand même qu'on me foute la paix.

C'est la dernière année où je vis ici et je sature vraiment. L'an prochain, je fais tout pour aller là où je veux. J'ai peur que si j'en parle plus, mon projet tombe à l'eau mais je veux vraiment changer d'air. Je veux rencontrer des gens qui aiment ce qu'ils font, qui aiment l'endroit où ils vivent, je veux rencontrer des gens simples. 

Il faut aussi que je fasse du sport parce que sortir me fera du bien. A rester toujours derrière mes bouquins, je vais devenir grise et là, ce sera foutu.

En fait, je suis quand même contente d'avoir beaucoup de cours, ça m'occupe la tête et c'est parfait pour mon projet. Mais je suis tellement pressée d'avoir mon chez moi et que ce soit mon tour de donner les cours. Pressée de ma nouvelle vie. 

J'ai pas encore fait ma soutenance, gros stress de ne pas pouvoir ce réinscrire mais j'ai encore un peu le temps. Faut simplement que je trouve une voiture pour le mariage d'une copine, ça, c'est pas la mince affaire mais je vais me débrouiller. 

Bref, une rentrée comme je les déteste mais ça ira mieux dans quelque temps. Du moins je l'espère.

 

Mi

Repost 0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 21:13

Elle se sentait perdue. Tous les jours, elle pensait qu'elle aurait dû choisir l'autre chemin. Même si elle n'en voulait pas. Au moins, elle n'aurait peut-être pas autant souffert. Du moins sur le moment. Elle les regarde tous ces autres, ces étrangers, ceux avec lesquels elle évite tout contact.

De loin, en passant, juste comme ça.

Et elle les envie quand même. Tout leur semble si simple, beaucoup plus. Pourquoi eux y arrivent et pas elle ? Qu'est-ce qu'il lui manque ? Elle n'a pas envie d'être comme eux. Tout simplement. Il faut avoir le courage de regarder l'autre et de lui dire "non, je ne ferai pas comme toi", avoir le courage de renvoyer la culpabilité au visage de l'autre quitte à risquer gros. "Non, je ne veux pas."

Simple à penser, difficile à assumer. Des railleries, des insultes, des regards. On la toise, elle hoche la tête. On la méprise, elle esquive. On la rejette, elle crée son monde, sa bulle, son armée. Une armée de bras cassés, de coeurs brisés, de souvenirs ensablés. 

Une revanche, une revêche. Une idée que plus rien n'arrête. Être libre, être heureuse. Vivre pour soi et puis basta. 

Repost 0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 00:40

J'ai fait le point sur le "comment je ressens les langues que j'étudie". Comme les langues et leur perception m'évoquent quelque chose qui se mange, je voulais développer le sujet en explicitant un peu le pourquoi du comment.

 

Commençons par l'allemand : des bonbons. L'allemand, c'est vraiment quelque chose dont je raffole. Faut que j'en bouffe pour me sentir bien. Si possible en grande quantité jusqu'à l'indigestion. L'indigestion arrive parfois, mais très rarement. Franchement, vous avez déjà été malade après un paquet de schtroumpf ? J'avoue que je ne suis pas bien sûre de l'orthographe, parce que justement schtrumpf (prononcé chtroumpf) en allemand signifie chaussette, donc je suis un peu perdue. C'est d'ailleurs bien pour ça que lorsque l'on parle de ces petites choses bleues avec un bonnet blanc en Allemagne, on n'emploie pas le même mot, mais schlumpf. Bref, je m'éloigne du sujet. Quoique cette digression est un bon exemple de mon paquet de bonbons allemands. Quand on commence le paquet, on le finit ! Bah pour l'allemand, dès que j'ai commencé cette langue, je ne pouvais plus m'arrêter. Parfois, j'en ai un peu marre alors je fais une pause, puis je reprends un peu plus tard, mais ce n'est qu'une question de temps.

 

Le danois : c'est du pain. Le pain boule que je fais moi-même. Croustillant, voire parfois très solide sur le dessus, la croute très épaisse et la mie tendre et chaude à l'intérieur. En fait, le danois en apparence, c'est pas une très jolie langue, du moins esthétiquement, mais si on gratte un peu, c'est super. Il faut juste faire cet effort de gratter. Pour vous dire à quel point gratter (je suis quand même une ex-archéologue) m'a été bénéfique, j'ai parfois une petite larme à l'oeil devant tant de gentillesse quand je suis dans le pays de la petite sirène. Je ne suis toujours pas blasée des étoiles dans les yeux des serveurs quand je dis "godè, yaïe vil gerneuh he haine cope caf" (en correct ; goddag, jeg vil gerne ha' en kop kaffe et en traduit : bonjour, j'aimerais bien une tasse de café - non il n'y a pas de s'il-vous-plait en danois cf article s'y référant). Bref, du bon pain chaud c'est toujours très bon.

 

Le polonais : une carotte. Oui, bon, je sais, vous pensez sûrement que j'ai été traumatisée (ah, une digression s'impose ! Dans Shutter Island, j'ai trouvé un truc génial, le psychologue parle de traumatisme, qui vient du grec trauma, douleur, souffrance. Il est intéressant de remarquer que les rêves sont aussi le mode d'expression des souffrances. D'ailleurs, comment dit-on le rêve en allemand ? - der Traum. Ah c'était divin. Oui, der, parce que c'est un radical verbal et que les radicaux verbaux sont masculins en allemand - la plus grande partie du temps - ah mais c'est pas possible, j'ai commencé par le polonais, il faut toujours que je revienne à l'allemand, une vraie maladie, je vais devenir diabétique à ce rythme là !), navrée pour cette parenthèse si énorme, je disais donc, traumatisée par les carottes mais il n'en est rien. J'adore les carottes. Le polonais, c'est comme une couleur vive et chaude, c'est dynamique avec plein de consonnes et de tsch tsch tsch. C'est drôle comme langue, ça croustille. C'est un peu dur mais c'est super bon. Rafraîchissant. Et honnêtement, vous avez déjà goûté le gâteau à la carotte ? C'est bizarre mais délicieux !

 

L'anglais : l'aliment en pleine mutation. Au départ, c'était du chocolat blanc. Je n'aime pas ça, je trouve ça trop gras, pas trop de goût et écoeurant. Maintenant, c'est du chocolat au lait, avec parfois quelques éclats de noisettes - la taille des éclats varie en fonction de la qualité du chocolat de base. J'aime bien le chocolat avec des noisettes, le meilleur, c'est le chocolat noir avec des noisettes entières. J'ai vite une indigestion avec le chocolat, je ne peux pas en manger beaucoup depuis que j'ai englouti une boîte à chaussure pleine de chocolat en barre. Donc l'anglais c'est à petite dose mais sûrement. Quand j'en mange, il me faut une bonne mousse au chocolat et c'est parfait. Plus ça va, plus mon foie se réhabitue. Je descends un pot de nuttela en une semaine (le plus gros pot, j'entends). A quand le chocolat noir aux noisettes entières ?

 

Le français : de l'eau. Bon, il faut bien que je parle de ma propre langue quand même. L'eau c'est vraiment ce qui convient le mieux. C'est vital. J'ai besoin de parler français, quand je suis plus de deux semaines dans un pays étranger, ma langue me manque, j'ai besoin de la parler. J'ai besoin de boire. Par contre, de l'eau toute simple, tiède, c'est très bof. Presque imbuvable. Avec le français, c'est comme ça. Quand je l'ai à portée de bouche, c'est quelconque. Mais quand il se fait rare, c'est la meilleure boisson qui puisse exister. En soit, l'eau, je trouve pas ça extraordinaire mais finalement, je ne peux pas vivre sans.

 

 

Mi

 

ps : si mon projet canadien aboutit, le québécois, c'est du thé. Du français avec un petit quelque chose en plus.

Repost 0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 14:13

Voilà deux semaines et demie que je suis ici à faire la guide. Il y a eu de légers changements. Tout d'abord, le grand gourou a été remplacé par la grande gourou. Et là, tout de suite, ce n'est pas le même style. La majestueuse dame a voulu montrer dès le départ son autorité. A noter, départ étant le moment où j'ai mis un pied au château. Parce qu'avant, elle était assez sympa. On s'est fait engueuler les deux premiers jours, juste pour la forme.

 

Les filles sont sympa mais on a pour voisine de chambre, une autre guide, assez tarée, il faut bien l'admettre. Je ne raconterai pas pourquoi je tire de telles conclusion, seul mon meilleur pote aura un mail détaillé, parce que je sens qu'il va bien se marrer devant tant de bêtises outrageuses. Ma copine de chambre essaie de me convaincre par A + B que cette fille est simplement bête mais je n'arrive pas à comprendre qu'on soit AUSSI bête. 

 

Ma copine de chambre cuisine hyper bien, donc pas de problème pour la survie. Ma prof de mémoire m'a demandé d'écrire 10 pages en une semaine et demie, raide mais j'ai réussi. Epuisée mais hier, je me suis vraiment sentie utile. J'ai même eu des compliments par un gentil petit couple d'Anglais, trop heureux par leur visite. J'étais scotchée. Et on a pas arrêté, on a enchaîné, visite sur visite. 

 

Aujourd'hui, il fait moche, mais je suis en congé pour deux jours, enfin. Je vais pouvoir faire une lessive, écrire une ou deux pages, et surtout me reposer. Il y a eu de drôles de moments, parfois. Un jour, on rencontré un écossais, on était incapable de comprendre s'il disait "loving" ou "living". En tout cas, pour progresser en anglais, ici, c'est parfait. On a eu des visiteurs de Liverpool aussi, des allemands de pas très loin de Frankfort, bonjour l'accent ici aussi, des autrichiens, qui soit dit en passant, parlaient mieux que ma prof, des québécois, et évidemment pas mal de hollandais. Du coup, j'en profite pour apprendre des mots à chaque nouvel hollandais. 

 

A part le mémoire qui me prend un peu la tête et les livres que je ne trouve pas ou qui sont franchement trop chers pour que je puisse me les procurer, ça va. J'ai même mal à la gorge, signe que je parle beaucoup ces jours-ci. D'autant que mes copines me disent que mes visites sont comiques et que je n'arrête pas de rire. Bon point ?

Bon, sur ce, je vais faire ma lessive, manger du chocolat, boulotter du concombre et essayer d'écrire une petite page.

 

 

Mi

Repost 0
21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 21:26

Vraiment, je suis fière. Hier, un ami américain, en master de physique m'a expliqué la physique quantique et j'ai appris à compter en binaire. Un vrai miracle. En fait, c'est vraiment très logique de compter en binaire. Il m'a tout bien expliqué et c'est bien le seul à avoir trouvé awesome le fait que je comprenne la physique quantique (du moins, le binaire). Quand j'en ai parlé autour de moi, soit on ne m'a pas crue, soit on comprenait pas une telle énormité, oui parce qu'évidemment je suis une bosse des maths, c'est d'ailleurs pour ça que j'ai fait langues.

Moi, j'ai trouvé ça bien expliqué donc tout à fait cohérent de comprendre. En plus, mon ami était particulièrement patient, il m'a dit "tu me dis si tu comprends pas, si tu ressens de l'ennui, du souci, de l'incompréhension, de la tristesse". Adorable. Donc du coup, je n'hésitais pas à l'interrompre dès que Smith hurlait et Smith a hurlé, souvent. Très. Mais en fin de compte, j'ai bien intégré le binaire. On a fait des exercices, dans les deux sens. Il me donnait un chiffre en binaire, je devais le donner en "normal" ou un chiffre "normal" et le convertir en binaire. C'était chouette. C'était pas facile au début mais une fois qu'on a compris la logique, c'est réglo. Je me suis sentie tellement moins bête et en plus, il a été tellement content de voir que j'avais compris un truc en maths, c'en était démentiel ! Et le tout en anglais, j'étais tellement contente, c'était incroyable. Quelque chose d'utile, de concret, d'intelligent et j'ai réussi à l'intégrer. Incroyable.

Smith est aux anges, on entend que lui depuis hier et Captain en a marre de ne plus être la vedette. Mais faut dire que c'est Smith qui fait tourner la boutique, alors c'est Smith qui va recevoir les compliments, on est juste dans mon cerveau.

Bref tout ça pour me vanter à peine et remercier mon ami qui m'en a bouché un coin.

 

Mi

 

Repost 0
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 19:56

Soutenance de mémoire reportée à dans quatre mois. Bien. Dossier de français à rendre au secrétariat lundi matin, dès l'aube je partirai. Bien. Simplement dommage d'avoir envoyé le dossier sous la porte de mon prof dans une toute belle pochette et dommage encore de lui avoir fait un double mailé. Mais bon, le chef a dit "ça a l'air bien", donc si le feu est vert, on passe ! Vivement la rentrée et un peu d'organisation. Si je ne suis pas prise avec le dossier en béton que j'ai, je fais un malheur, au pire, je reste dans ma fac, je blinde encore plus le dossier pendant un an en étant prof ici. Faut encore voir le salaire.

 

Mais ce n'est pas vraiment le problème, j'espère quand même pouvoir partir plusieurs années, en soit le temps de mes thèses, pour m'habituer au pays, à l'anglais et au métier ! Pour le moment, il faut garder les pieds sur terre, se dire que le dossier n'est pas encore au secrétariat, que les livres ne sont pas rendus à la bibliothèque, qu'on a pas encore toutes les notes, et qu'il faut être prête à bosser pendant deux mois tout en rédigeant le mémoire.

 

Dans une semaine, je suis dans le sud pour me ressourcer et ensuite direction le boulot. Il faut encore que je règle deux trois petites choses avant de partir et ce sera parfait. Je n'ai pas trouvé de frisbee, je suis déçue, j'avais tellement envie d'en faire - c'est vrai qu'il fait un temps à aller au cinéma plutôt que de faire du frisbee. Pas grave, j'irai manger une glace à la rose. Ce soir, un petit repas et un bon film, voilà la soirée tranquille après une semaine à ne pas dormir. 

 

C'est vraiment démotivant de se retrouver tout d'un coup à ne rien faire. Bon, d'accord, je chatte pas mal, j'écris des mails, la routine quoi mais sinon niveau études, paf, tout d'un coup plus rien. On a pas du tout envie de se lever quand on a rien à faire mais c'est pas grave, je vais faire du e-job pendant mon boulot, du mémoire, du frisbee, du dessin et de l'écriture. Ah et accessoirement, il faut que je paie mon billet d'avion pour le Danemark pas trop tard pour qu'on puisse faire les petites annonces appropriées pour quand je serai là-bas. Mais ça, ça reste du détail.

 

Sinon, la vie est belle, Smith est content, il se repose, ses gars aussi. Je n'ai seulement qu'à faire un peu de travail manuel pour les copines, un lecteur de cassettes enregistreur pour commencer mes cours à acheter, profiter de la vie et roule ma poule.

 

Mi

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Mi
  • Le blog de Mi
  • : Un tas de trucs et de bricoles.
  • Contact

Recherche

Liens